Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Année 2015

Publié le par Daniel CLOAREC

J’espère avoir un peu plus de temps cette année pour alimenter ce Blog !

Partager cet article

Repost 0

Collectif A103

Publié le par Daniel CLOAREC

Nous ne sommes pas signataires du "Collectif A103",et le nom de notre association a été utilisé sans notre accord !

Nous demandons ce jour à l'association "Gournay Environnement" de rectifier cette erreur !

Partager cet article

Repost 0

Fête des Parcs

Publié le par Daniel CLOAREC

Courrier reçu de Madame Josiane BERNARD, Vice-Présidente du Conseil général de Seine-Saint-denis

Du dimanche 18 mai au dimanche 15 juin 2008, pour la 5eme année consécutive, le Conseil général de la Seine-Saint Denis invite tous les usagers des parcs départementaux et tous les habitants de notre département à vivre un véritable moment d'échanges et de détente en participant à la " Fête des parcs ". Cette année les animations de la Fête de la nature coïncident avec celles de la Fête des parcs. C'est une occasion supplémentaire de mettre à l'honneur la nature et la biodiversité du département de la Seine-Saint-Denis.

A ce titre, et dans le cadre de la journée mondiale de Biodiversité organisée à l'initiative de l'assemblée générale de l'ONU, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis vous invite à prendre de la hauteur pour découvrir le parc départemental de la Haute-Ile, dont une première tranche de 20 ha a été ouverte au public en février dernier. Ainsi, le 22 ami à partir de 10h 30, en présence de la presse, je vous invite à venir découvrir ce site remarquable à bord d'une montgolfière arrimée au coeur même du parc.

Et comme découvrir et fêter la nature peut-être un moyen de donner envie de la protéger, il vous sera présenté à cette occasion le stand mobile de la campagne de sensibilisation éco-citoyenne " Espèces d'urbains " qui circulera sue l'ensemble des fêtes des parcs et sera mis à votre disposition pour accompagner vos propres événements en faveur de la préservation et de la valorisation de l'environnement.

Comptant sur votre présence lors de cet évènement, je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de mes salutations distinguées et cordiales.

Signé: Josiane BERNARD

Publié dans La Haute-Ile

Partager cet article

Repost 0

Le trompe l'oeil des transports en commun

Publié le par Daniel CLOAREC

Extrait du bulletin "Liaison n°92"


Le trompe l'œil des transports en commun


Les investissements doivent-ils aller en priorité aux infrastructures routières ou aux transports collectifs? Le problème n'est pas nouveau. Le succès de la manifestation organisée samedi 3 février par le collectif COPRA contre le projet de prolongement ouest de l'A 104 semble bien indiquer que les Franciliens sont clairement opposés à ce que l'Ile-de-France devienne le nœud central du réseau autoroutier reliant l'Europe du sud et celle du nord.
   
Le contrat de plan Etat-Région 2000-2006 avait, pour la première fois, donné la priorité au financement des transports collectifs: 63% contre 37% à la route. Mais fin 2005 les projets routiers étaient réalisés à 80%, les transports collectifs à 46% seulement (retards pris par les études, difficultés et lourdeurs administratives, coût réel des projets très supérieur aux prévisions).
   
Le gouvernement a demandé au préfet de région de lancer, en juillet 2006, l'élaboration d'un nouveau contrat Etat-Région 2007-2013 appelé cette fois "contrat de projets", avec pour les transports collectifs une enveloppe de l'Etat de 692 millions d'euros. A l'issue de négociations menées dans l'opacité totale, Jean-Paul Huchon vient de se déclarer satisfait d'avoir obtenu de l'Etat 874 millions d'euros, la Région: investissant de son côté 2063 millions d'euros.
   
Le problème est que, sur le montant total de 2,9 millions d'euros, près de 60% vont être consacrés à financer l'achèvement des projets inscrits dans le contrat de plan précédent. Ce qui reste n'est pas du tout à la hauteur du programme, très ambitieux, de transports collectifs annoncé dans le projet de SDRIF avec un phasage dans le temps tout à fait irréaliste, compte tenu de l'expérience passée. On voit mal comment les conseillers régionaux pourraient, les 14 et 15 février, voter de bonne foi en même temps le projet de SDRIF et le contrat de projets qui l'accompagne.
   
Les Franciliens n'accepteront pas que les importants programmes de construction prévus dans les secteurs d'urbanisation et de densification prioritaire qu'on nous annonce bien desservis par les transports collectifs, soient mis en œuvre, une fois de plus, sans que leur desserte par des transports en commun soient réalisés. Sinon, alors: que le changement climatique et la raréfaction des réserves d'énergie fossile imposent de réduire la consommation de carburant et l'émission des gaz à effet de serre, ils continueront à s'engager avec leur voiture sur des routes de plus en plus engorgées. Leur qualité de vie sera dégradée au lieu d'être améliorée et ils le pardonneront difficilement aux politiques.   


Daniel Hannotiaux
   
Président d'Ile-de-France Environnement.

Partager cet article

Repost 0

Comparaison - Le réseau de transport en commun

Publié le par Daniel CLOAREC

Partager cet article

Repost 0

Le SDRIF dans la tempête politique !

Publié le par Daniel CLOAREC


Extrait du bulletin « Liaison n°93 »



Le SDRIF dans la tempête politique


En janvier, ici même, nous regrettions que le Conseil régional veuille voter à la hâte un projet de SDRIF non purgé des désaccords entre l'Etat et la Région, et présentant des lacunes importantes quant à sa prescriptivité et aux possibilités réelles de pilotage et de suivi de son exécution.

En février, nous dénoncions l'insuffisance des transports collectifs dans le contrat de projets Etat-Région par rapport aux fortes ambitions du SDRIF, 60% des investissements étant consacrés à l'achèvement des projets décidés au contrat de plan 2000-2006 et non encore réalisés. Les débats du Conseil régional, les 14, 15 et 16 février ont montré que la majorité voulait abattre ses cartes avant les élections et les perturbations qui pourraient en découler.

Après examen des 400 propositions d'amendement, le projet de SDRIF a été voté le 15 février par l'ensemble des groupes politiques de la majorité régionale. Roger Karoutchi, président du groupe UMP, a vigoureusement critiqué ce projet parce que celui-ci s'oppose à la poursuite des projets autoroutiers et n'offre pas assez de possibilités d'urbanisation.

Par contre, le lendemain, les groupes PS et UMP ont voté ensemble le contrat de projets alors que son volet transports était jugé insuffisant, les Verts votant contre et les autres groupes exprimant de fortes réserves. Argument avancé pour justifier cette précipitation: on risquait de bloquer l'achèvement des projets du plan 2000-2006, et de mécontenter les électeurs franciliens.

Autre contingence politique influant sur le SDRIF : Roger Karoutchi, agissant cette fois comme sénateur, a déposé le 20 décembre 2006 une proposition de loi, instruite dans des délais record et votée de nuit le 6 février 2007 par 7 députés, dont 6 des Hauts-de-Seine. Pour faciliter la construction de tours de très grande hauteur à la Défense ­projet contesté par le Conseil régional comme non compatible avec le rééquilibrage à l'Est - cette loi crée un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) géré par le Conseil général des Hauts-de-Seine et les communes de Courbevoie et Puteaux. Pour sécuriser juridiquement les opérations, prévoit qu'un décret en Conseil d'Etat définira des règles d'urbanisme propres à ce secteur.


Daniel Hannotiaux

Président d’Ile de France Environnement

Partager cet article

Repost 0

Journée du Patrimoine

Publié le par Daniel CLOAREC


Chers amis des Rendez-vous du patrimoine,


Les deux Rendez-vous du patrimoine de la saison prochaine vont nous emmener sur la partie orientale du département: Villemomble et Aulnay-sous-Bois.

Le château de Villemomble ou comment restaurer un monument historique

A l'occasion des travaux de restauration du château seigneurial de Villemomble, l'équipe des archéologues départementaux et l'association des Amis du château seigneurial de Villemomble sont intervenues au cours des travaux. Par leur expertise et leurs recherches, elles ont permis à l'architecte en charge de la restauration, Monsieur Camus, de mener son travail en toute connaissance de cause.
C'est ainsi qu'il a été possible d'affiner la chronologie et d'appréhender les modes de constructions de l'édifice. Les surveillances archéologiques ont notamment permis de découvrir un graffiti caricatural du XVIW siècle, tracé à la sanguine.
Ce rendez-vous du patrimoine permettra aux participants de découvrir les problématiques de la restauration d'un bâtiment protégé au titre des monuments historiques, notamment dans la perspective de son utilisation en bureaux et divers locaux d'activités.

Visite, projection, débat en présence de Ivan Lafarge (archéologue départemental) Serge Camus (architecte), M. Martignon (président de l'association des Amis du Château seigneurial de Villemomble).

Mercredi 11 avril, 17 heures, Villemomble.
Renseignements et inscriptions au 01 43938261 ou patrimoineculturel@cg93.fr

Exercice pratique d'inventaire du patrimoine à Aulnay-sous-Bois

Le Service du patrimoine culturel poursuit son travail de repérages et d'inventaire du patrimoine des communes du département. Après avoir, dans un premier temps, concerné les communes de la première couronne (Aubervilliers, Pantin, Bagnolet, Les Lilas, Saint Ouen), le patrimoine de villes comme Aulnay-sous-Bois s'inscrit dans des problématiques de développement urbain spécifiques. La chronologie, la question foncière, le poids des voies de communication ne sont pas, en seconde couronne, de même nature.
Le Service du patrimoine culturel vous invite à participer à un exercice pratique de repérage et d'inventaire sur le territoire d'Aulnay. Au pied des habitations, des sites industriels ou des équipements, il s'agira de mettre en application les outils des chercheurs de l'inventaire.
Prévoir bonnes chaussures et vêtement de pluie.

Mercredi 13 juin, 14 heures, Aulnay-sous-Bois.
Renseignements et inscriptions au 01 43 93 82 61 ou patrimoineculturel@cg93.fr


L'équipe du service du patrimoine culturel

P.S. :

Régulièrement les Rendez-vous du patrimoine se voient obliger de refuser des inscriptions par manque de place. Nous vous demandons, une fois inscrit, de tenir vos engagements ou de prévenir de votre défection.

Publié dans Pêle-Mêle

Partager cet article

Repost 0

Natura 2000

Publié le par Daniel CLOAREC


Ces oiseaux qui nous intéressent !


Natura 2000 en Seine-Saint-Denis

Natura 2000 est un réseau de sites européens identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces animales ou végétales et de leurs habitats ; dont l’objectif est une gestion équilibrée et durable de ces sites.
Le 26 avril dernier, la commission ministérielle a désigné « site Natura 2000 » le projet porté par le Conseil général. La Seine-Saint-Denis, territoire densément urbanisé et industrialisé, est le seul département de la petite couronne de Paris classé « Natura 2000 ».
Le Conseil général a tenu à innover en proposant un projet original, évolutif et vivant au service du développement territorial et des habitants de la Seine-Saint-Denis.

Un site-réseau à l’échelle du département

Le site « Natura 2000 en Seine-Saint-Denis » concerne 14 espaces verts et naturels répartis sur l’ensemble du territoire départemental (19 communes sont concernées). Cette configuration multi-entités offre la perspective d’une évolution possible du périmètre actuel.

Une démarche partenariale

La démarche de classement a été initiée par le Conseil général en coopération avec les collectivités gérant les espaces concernés mais également avec le soutien actif des associations environnementales, du muséum National d’Histoire Naturelle et de la Direction Régionale de l’Environnement.

La protection des oiseaux au cœur du projet

Plus de 10 espèces d’oiseaux rares ou menacés fréquentent les espaces verts et naturels du département, grâce à la gestion harmonique de ces espaces. Ces oiseaux sont répertoriés dans l’annexe I de la directive européenne Oiseaux, directive sur laquelle s’appuie le classement de la Seine-Saint-Denis.

La labellisation « Natura 2000 » implique la création d’une Zone de Protection Spéciale afin de protéger les habitats nécessaires à la reproduction et survie de ces espèces, ce qui est une première dans une zone urbaine dense comme la Seine-Saint-denis.

Dans le cadre de Natura 2000 :

Une étude sur les continuités biologiques

Le Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux du Muséum National d’Histoire Naturelle et le Conseil général lancent une étude expérimentale sur les liaisons empruntées par les oiseaux entre les parcs et espaces verts labellisés Natura 2000. L’objectif de cette étude scientifique est de mieux connaître le déplacement des oiseaux et le type d’espace qu’ils utilisent pour circuler sur le territoire (alignements d’arbres, bassin de rétention des eaux pluviales, etc.).

Une équipe de scientifiques va donc étudier en mars et en avril les déplacements d’une trentaine d’oiseaux sur de très faibles distances (1-3 km) en les équipant chacun d’un petit radio-émetteur pour les suivre dans leurs déplacements et déterminer les trajectoires utilisées. L’émetteur qui équipera les oiseaux sera placé de telle façon qu’il se détachera naturellement au bout de trois jours, l’oiseau oubliera qu’il l’aura porté.
La Mésange charbonnière, la Fauvette grisette et l’Accenteur mouchet, trois oiseaux très attachés à leur territoire seront suivis par les chercheurs.
Cette étude nous permettra d’améliorer notre connaissance de la vie des oiseaux en milieu urbain et de favoriser ainsi leur installation et le développement des populations.


Carte



Publié dans La Haute-Ile

Partager cet article

Repost 0

Comparaison - Le réseau viaire

Publié le par Daniel CLOAREC

Partager cet article

Repost 0

Scénario 4B

Publié le par Daniel CLOAREC


1.5. SCENARIO 4B : SURFACE AVEC AUTOROUTE


LES OBJECTIFS ET PRINCIPALES CARACTERISTIQUES


L’objectif du scénario 4b vise à déterminer l’intérêt de la création du barreau d’autoroute A103 :

·    En réalisant une liaison autoroutière impactant le secteur au minimum

·    En complétant le réseau viaire afin d’améliorer le maillage et de faciliter la traversée de la Marne

·    En rajoutant au réseau de bus actuel du secteur deux nouvelles lignes de bus répondant à une importante demande en déplacement

·    En accompagnement ces projets par un développement urbain adéquat

Les principales caractéristiques du scénario sont :

·    Un barreau autoroutier reliant l’actuel A103 à l’échangeur de Champs-sur-Marne sur A4, entièrement en souterrain et à péage

·    Un réseau viaire complété par une nouvelle traversée sur la Marne et le désenclavement de quartiers

·    L’urbanisation modérée et attentive au site des coteaux des plateaux d’Avron et de Clichy-Montfermeil

LES ATOUTS / AVANTAGES

Meilleur maillage autoroutier régional

Baisse de la congestion sur le réseau viaire

Meilleure accessibilité de l’ensemble du secteur

La valorisation des centres villes de Villiers-sur-Marne, de Gagny et Chelles

LES DIFFICULTES / INCONVENIENTS

Coût de l’investissement en tunnel très élevé

Difficultés géotechniques à prévoir au niveau du franchissement de la Marne et des anciennes carrières de Gagny

Pas d’impact positif majeur sur les secteurs stratégiques du territoire étudié

L’insertion paysagère des édicules de la ventilation de l’autoroute souterraine


Carte

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>